interview jean paul 350

L’interview de Jean-Paul

Partagez cette page
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
bande

Mouton mais … cœur de Lions

gouverneur interviewJean-Pierre soufflera ses 69 bougies le 18 octobre prochain. Hutois d’origine, Gembloutois d’adoption depuis son mariage avec Huguette, père de trois filles et papy de huit petits-enfants, il a fait toute sa carrière d’ingénieur à l’Institut Géographique National. Passionné d’informatique, il a fait de son hobby aujourd’hui une nouvelle activité.  

Testé positif au virus… du Lionisme en 2003 au club de Gembloux, il en a assuré la présidence en 2007/2008 avant de passer à celle de la zone 41 en 2015 et 2016. Il est aussi et surtout depuis le 1er juillet le Gouverneur de notre District 112 D. Une consécration attendue de longue date pour les Lions namurois qui n’avait plus vu un des leurs prendre la barre du District depuis 27 ans. C’est bien connu, les Namurois sont lents et quand ils ne sont pas dedans, ils y sont… pour longtemps. Jean-Pierre a inversé la tendance. Portrait et interview… sans masque.

S’il peut légitimement se réjouir de son élection, le contexte de crise sanitaire a quelque peu terni la fête. Son prédécesseur, Claudy Roland a essuyé les plâtres et aura connu une fin de mandat difficile. Jean-Pierre, lui, l’a entamé sous le signe du Covid mais ne désespère pas… le terminer sans.

Quel est ton ressenti après quelques semaines d’exercice ? « Un gros regret et des inquiétudes ! Pas de Convention, pas de Convention internationale, de forum européen, pas de passation de pouvoirs, donc pas de rite de passage non plus mais aussi de grosses inquiétudes et interrogations pour le futur. Combien de temps va durer cette crise ? Que va-t-on faire et comment ? Je n’ai pas encore commencé mes visites de clubs, c’était prévu pour octobre mais… il y a encore des clubs qui ne se réunissent pas, ni en visioconférence ni en ” vrai “. La ” visio ” , c’était tout feu tout flamme au début mais il a bien fallu constater un essoufflement…  Avec le District, j’ai encore pas mal de réunions en visioconférence mais quand c’est possible on les fait en ” réel ” ».

Et l’ambiance dans les clubs ? « On sent toujours une grande crainte, on n’ose pas encore vraiment organiser des choses pour l’instant. Personne ne sait prévoir l’évolution de la pandémie et les normes qui seront en vigueur demain. Certains clubs ont dû annuler des manifestations et ont perdu de l’argent, c’est un réel problème pour les œuvres que les clubs soutiennent. Certains ont des engagements à long terme et cela pose et posera problème. J’en profite d’ailleurs pour signaler que nous avons pris des décisions pour ces clubs qui connaissent vraiment des difficultés. Un budget a été prévu et nous pouvons les aider financièrement, il est bon de le rappeler ».

Comment se porte le District ? « Financièrement, du fait d’avoir stoppé les réunions, annulé toutes les activités, on est en bénéfice. Les cotisations n’ont pas été revues à la baisse mais une part de ces cotisations est réservée à l’organisation de la Convention, à une intervention dans les frais de voyages pour les vice-Gouverneurs, pour les présidents de Zone… Tout cela est tombé à l’eau…  Les finances sont donc saines et c’est pour cette raison que nous avons pu investir dans des achats de masques et que nous avons fait un don à la LCIF. Nous avons reçu de la LCIF mais nous avons également donné, on vient d’ailleurs de faire un don de 2.500 € pour le Liban suite au drame de Beyrouth. Un message que je voudrais faire passer, c’est aussi que grâce au Covid, on a pu montrer, surtout en Wallonie que les Lions étaient directement au service de la population. Dès le début de la crise, le fait d’avoir pu commander des masques, de les avoir distribués, cela a marqué la population. Je pense que l’on doit surfer là-dessus. Nous ne sommes pas, comme certains le pensent, à observer de loin et à ouvrir son portefeuille, non, ici on a participé physiquement pour le bien de la population, on a ciblé les besoins urgents… Les remerciements ont été immédiats et ont été répercutés sur les réseaux sociaux, dans la presse…  ».

Et sur le plan moral ? « Je suis un optimiste de nature ! Quand j’ai remis mes objectifs fin mars, donc avant le Covid, j’avais évoqué l’ambition de voir se créer deux nouveaux clubs et de compter 40 nouveaux Lions (N.D.L.R. : le District 112D a compté 101 clubs. Ils sont 99 aujourd’hui et comptent environ 2.370 membres), on verra ce qu’il en sera dans ce contexte difficile mais j’y crois… Autre souhait, mais ce sera sans doute plus difficile, c’est de convaincre les clubs de consacrer dix pour cent de leurs rentrées pour la LCIF. On voit qu’elle nous rend aussi beaucoup d’argent et à l’analyse de leur type d’action, on voit qu’ils vont directement au cœur des problèmes, qu’ils ne passent pas par des intermédiaires parfois douteux. Les clubs préfèrent aussi agir à leur niveau. C’est ” d’abord nous “, ” nos pauvres à nous ” , une tendance naturelle, universelle… mais il faut rappeler aussi qu’on peut dire à la LCIF quand on lui fait un versement qu’on souhaite que ce soit pour telle ou telle action et pas global ou général. Enfin autre message que j’aimerais faire passer, c’est qu’on ne se cantonne pas toujours aux mêmes œuvres, dans le même style. J’aimerais vraiment qu’on change le paradigme des œuvres à aider…  C’est vrai que pour de nombreuses institutions nos dons sont un “plus” mais je pense que si elles sont subventionnées, et la plupart des œuvres retenues le sont, on devrait chercher ailleurs. Aujourd’hui je trouve par exemple que la Culture, la Musique, les artistes ont aussi besoin d’aide, tout comme le monde sportif… J’aimerais vraiment que les clubs réfléchissent à d’autres cibles, collectives ou individuelles. La crise économique née de la crise sanitaire laissera apparaître aussi de nouveaux besoins dans d’autres secteurs… ».

Tu as décidé d’agir aussi sur la Communication du District vers les clubs et leurs membres « Oui. Avec Oliver Destrebecq, Raphaël Lanza, Alain Gego et Dominique Hellebois, une cellule “communication” a d’ailleurs été mise en place pour cela, elle devrait encore s’étoffer, s’équiper et tout ce qui est communication passera désormais par elle. Il a été décidé que clubs et membres n’auront plus de “mass mailings” venant du Multidistrict et je souhaite à l’avenir que tous les présidents de commissions utilisent ce canal de communication. Il permettra aussi aux clubs de présenter leurs activités dans un agenda accessible à tous les membres… ».

Tes souhaits ? « J’aimerais vraiment orienter nos activités Lions vers la Jeunesse ; le concours d’éloquence, l’award du jeune ambassdeur, tout ce genre de choses par sympathie envers ceux qui s’en occupent en général. Par sympathie avec Pierre Guérin en particulier j’aimerais que l’on mette en valeur le CEDRES, une action de lutte contre le diabète qui est au nombre des cinq piliers du Lions International. Les présidents des clubs il y a quelques jours ont reçu une lettre d’intention du comité du District à ce sujet, il s’agit ici d’un appel à projet pour financer une opération de dépistages gratuits sur un site à définir mais qui sera choisi par les clubs. Le diabète est une problématique qui touche tout le monde, toutes les familles, là aussi nous avons un rôle important à jouer ».

Comment vois-tu l’après-Covid… à condition qu’il y en ait un ? « Etre Lions c’est aussi être ami et avoir du bon temps. La dimension plaisir, le contact, c’est quelque chose qu’on devrait retrouver dans les clubs… ».

Continuez votre visite

agenda formation 350
drink-3615178_640
commissions 350
activités clubs_350

Abonnez-vous et recevez les nouveautés du site par mail